L’IDÉE DE BASE

Qu’est-ce que « CasaLibera ; le syndicat de maisons »?

Comment cela fonctionne?

Qu’est-ce que « CasaLibera ; le syndicat de maisons collectives » ? Comment fonctionne-t-il ? Quel en est l’objectif ? Quels en sont ses principes ? D’un point de vue critique, quel est l’intérêt d’établir un lien durable entre un nombre croissant de projets de maisons autonomes ? Pourquoi, le titre de propriété de chaque maison est-il entre les mains d’une société à responsabilité limitée, forme juridique a priori capitaliste, plutôt que dans celles d’une association ou d’une coopérative ? Voici donc les éléments essentiels qui permettent de comprendre les particularités et lintérêt du syndicat de maisons collectives.

« CasaLibera ; le syndicat de maisons collectives » est un réseau solidaire de projets de maisons, d’individus et de collectifs, réunis sous l’association faîtière du même nom, qui soutient et rend possible l’utilisation communautaire de bâtiments et de terrains dans toute la Suisse.

L’idée de base est de soutenir l’achat de maisons dans lesquelles des gens veulent vivre, s’organiser ou travailler et de bloquer, par le biais de CasaLibera, toute possibilité de spéculation immobilière future. Les projets de maisons sont financés, si possible, par des prêts sans intérêt provenant de l’entourage des personnes impliquées, afin que l’hypothèque à la banque reste faible la plus faible possible.

Chacun de ces projets de maisons est autonome, c’est-à-dire juridiquement et financièrement indépendant, avec sa propre structure juridique propriétaire du bien. Chaque projet a la forme juridique d’une Sàrl – société à responsabilité limitée. Les utilisateur-ice-s du lieu paient un loyer défini collectivement. Le loyer est utilisé pour l’entretien de la maison et, dans un premier temps, pour rembourser les prêts et l’hypothèque. Au fil du temps une part croissante des loyers sont versés au syndicat en tant que contribution solidaire.

La contribution solidaire peut être très faible au début, afin que la dette puisse être remboursée le plus rapidement possible. Mais une fois cet objectif atteint, le loyer ne descend au minimum, comme c’est souvent le cas dans les coopératives traditionnelles. Car au fur et à mesure que les dettes diminuent, c’est la contribution solidaire qui peut augmenter. Cette contribution sert à réduire les difficultés à lancer de nouveaux projets en aidant financièrement ces derniers au cours de la délicate phase de financement initiale, dans laquelle il est fréquent de s’enliser. L’objectif est de rendre possible la création et l’usage de lieux d’habitation et d’activités autodéterminés par et pour des personnes à faible revenu.

Vous l’aurez compris, le but du réseau est de s’agrandir. Il s’adresse à toutes les personnes qui aspirent à des modes de vie solidaires et émancipateurs, que ce soit à la campagne ou en ville. Le syndicat est donc ouvert à tout nouveau collectif en recherche de la maison de leur rêve ; et peut-être aussi rejoint par des projets déjà existants qui se reconnaissent dans les idées de CasaLibera.

MISE EN ŒUVRE